TÉLÉCHARGER PDF

LA PETITE MESSE SOLENELLE DE ROSSINI

Composée en 1863, la Petite messe solennelle est l’œuvre la plus importante de la dernière période de Rossini, c’est-à-dire… de ses quarante dernières années ! Depuis son Guillaume Tell de 1829, le musicien s’est en effet officiellement retiré de la vie musicale, et coule une retraite paisible. Mais à soixante et onze ans, il reçoit commande d’une messe par le comte Pillet-Will, qui souhaite consacrer la chapelle privée de son épouse, dans son hôtel particulier de la rue Moncey, dans le 9e arrondissement de Paris.

 

À Passy, où il réside depuis 1855, le glorieux compositeur élabore la partition, « petite » par son absence de pompe et son effectif (quatre solistes, un chœur mixte, deux pianos et un harmonium), « solennelle » toutefois par ses dimensions et sa ferveur. Rossini n’avait qu’assez peu pratiqué la musique religieuse dans sa carrière : des messes de jeunesse, la Messadi gloria de 1820, le Stabat Mater de 1833 et quelques chœurs dans les années 1840. Avec une modestie sans doute un peu feinte, il parlera de sa dernière partition d’envergure comme d’une « petite composition qui est hélas le dernier péché mortel de ma vieillesse » – en référence aux « Péchés de vieillesse », ainsi que Rossini nomma les 150 miniatures pianistiques et vocales qu’il composa à partir de 1857.

 

La Petite messe solennelle est créée en la chapelle privée des Pillet-Will, le 14 mars 1864, par des chanteurs du Théâtre Italien : Carlotta et Barbara Marchisio, Italo Gardoniet Luigi Agnesi. À l’harmonium, le tout jeune Albert Lavignac(futur professeur au Conservatoire de Paris, encore célèbre de nos jours pour son guide wagnérien Le Voyage artistique à Bayreuth). L’élite musicale parisienne est présente – dans le public se trouvent notamment les compositeurs Meyerbeer, Auber et Ambroise Thomas.

© 2018 Concert Talent - Lara Sidorov - Production & Management

  • Facebook
  • Instagram

 - contact@concert-talent.com - +33 (0)6 82 40 49 24